accueil
Partage
courrier  plan

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

   

personnes aiment cette page


 

Nombre de connectés : 1
Aujourd'hui : 53
Total : 2913340
depuis le 15/09/2001



 

  Palais Garnier, place de l'Opéra, Paris 9e

Longueur
Largeur
Superficie
Architecte
172 m de côté
101 m
1 100 m²
Charles Garnier

opéra Garnier

L'Opéra est une académie de musique et de danse ainsi qu'un lieu d'enchantement imprégné de la passion qui anime les arts lyriques depuis leur origine.
Des compositeurs et chorégraphes de génie, grands instrumentistes, chanteurs et danseurs y ont donné le meilleur d'eux même dans un éventail de registres allant du désespoir au sublime.
C'est ainsi que les plus spectaculaires intrigues d'un monde romantique se nouent et se dénouent sur scène, dans les loges d'artiste ou de spectateur et dans les ailes de ce palais mythologique.

Le style Second Empire fait date en matière d'achitecture d'opéra en particulier grâce à l'Opéra Garnier devenu une référence en ce domaine.
Le théâtre est richement décoré.
Le grand escalier, dont les 10 premières marches forment une cage d'escalier pompeuse, débouche sur le grand foyer qui ouvre sur les loges aux moulures fleuries.

l'opéra Garnier au XIXe siècle

L'édifice s'impose comme un monument particulièrement représentatif de l'architecture éclectique et du style historiciste de la seconde moitié du XIXe siècle et s'inscrit dans la continuité des transformations de Paris menées à bien par Napoléon III et le préfet Haussmann Georges Eugène Haussmann.

À l'extérieur comme à l'intérieur, le jeu de la pierre blanche et des marbres colorés avec les bronzes dorés des statues souligne la majesté des proportions.
Les nouvelles fresques du plafond aux couleurs vives sont conçues et réalisées par Marc Chagall en 1964.
Au milieu est suspendu un immense chandelier de cristal de 6 tonnes.

Le grand escalier


Albert-Ernest Carrier-Belleuse

L'ouvrage est remarquable par son tracé, la hauteur et le volume de sa nef inédits jusqu'alors, la magnificence de ses façades intérieures, la variété des matériaux employés :

    - marbres aux couleurs subtiles
    - onyx et cuivre des mains-courantes
    - innombrables peintures
    - mosaïques et dorures

Au pied de l'escalier, 2 statues-torchères en bronze torchère de Albert Ernest de Carrier-Belleuse dit Carrier-BelleuseBIOGRAPHIE D'ALBERT ERNEST DE CARRIER-BELLEUSE
------------------------------------------------------------------------------
Naissance : 12 juin 1824 à Anizy-le-Château (Aisne, 02)
Décès : 4 juin 1887 à Sèvres (Hauts-de-Seine, 92)

Sculpteur et peintre, c'est dès l'âge de 13 ans qu'il travaille comme apprenti chez le ciseleur Bauchery, puis dans l'atelier d'orfèvrerie de Jacques-Henri Fauconnier.
En 1840, grâce au sculpteur David d'Angers (1788-1856), dont il est l'élève, il entre à l'École des Beaux-Arts de Paris.
En 1851, il débute au Salon.
En 1855, fort d'une notoriété croissante, il devient le plus célèbre décorateur du Second Empire et de la IIIème République.
En 1884, il publie un recueil d'art décoratif.
Nommé Directeur des travaux d'art de la Manufacture de Sèvres de 1875 jusqu'à sa mort à Sèvres, il y impulse une modernisation du style.
Sa tombe à Saint Germain en Lay est ornée par son buste sculpté par Auguste Rodin (1840-1917).
Il est l'un des artistes les plus prolifiques du Second Empire.

David d'Angers Auguste Rodin
représentent des figures féminines tenant des éclairages au gaz puis électriques.
L'escalier est en marbre blanc.

Les marches sont réparties en plusieurs degrés aux larges et impressionnantes volées élancées aux courbures raffinées.

Le grand escalier conduit, dans un 1er temps, à l'amphithéâtre, au parterre, à l'orchestre et aux baignoiresDÉFINITION DE BAIGNOIRES
------------------------------------------------------------------------------
Loges situées au rez-de-chaussé dans un théâtre.

.
Cette partie de l'Opéra est aussi, et surtout, un lieu de représentation sociale et de mondanités où il était, jadis, de bon ton de se montrer aux bras de son épouse ou d'une demi-mondaine au milieu d'un public trié sur le volet.

Le plafond est composé de 4 voussures, recouvertes chacune de compositions allégoriques, sur toile marouflée, du peintre Isidore Alexandre-Auguste Pils (1813-75), Grand Prix de Rome en 1838.
Ces ouvres sont éclairées par la verrière d'une lanterne achevant la composition.


- "Le charme de la musique" - Isidore Pills (1860-69)

Le grand foyer et ses salons
haut

Sa conception s'inspire des dispositions et de l'inspiration décorative des galeries des châteaux de la Renaissance française du XVIe siècle comme le château de Fontainebleau et du siècle de Louis XIV avec la galerie d'Apollon au Louvre Louvre ou la galerie des Glaces à Versailles château de Versailles.
Le jeu de miroirs et de baies ouvrants sur les rues et façades environnantes accentue les vastes dimensions.
Cet endroit est pensé, à l'origine, comme un point de rencontre des spectateurs toutes catégories sociales confondues, un lieude promenade l'entracte.

Tout sur le Louvre le Louvre

Comprenant 5 travées, le grand foyer est agrémenté de part et d'autre d'un salon.
Du côté de l'avant-foyer, 3 larges ouvertures donnent accès aux circulations qui mènent aux galeries du grand escalier puis à la salle.
Une grande baie donne accès de chaque petit salon octogonal à une rotonde :
- le "salon de la Lune" situé côté jardin
- le "salon du Soleil" côté cour.

salon de la lune

salon du soleil

Les 2 salons, peints par Auguste-Alfred Rubé (1815-99) et Philippe Marie Chaperon (1823-1906), décorateurs et amis de Charles Garnier, devaient servir de vestibules au Glacier et au fumoir, mais ils ont été intervertis lors de la construction.

De part et d'autre de la porte axiale, de grands miroirs, d'une hauteur approchant les 6 m, montent à partir du parquet et des lambris.

Sur l'autre face, 5 grandes portes-fenêtres en constituent les pendants et indiquent l'accès à la loggia.

Sur les murs, se trouvent 20 élégantes statues, allégories des "Qualités" indispensables aux artistes des arts lyrique et chorégraphique.

Un plafond à voussures, peint par Paul Baudry (1828-86) figure les grandes étapes de l'histoire de la Musique, de la Comédie et de la Tragédie et décline plusieurs aspects de leur thématique propre.

Paul Baudry

La scène
haut

Faite à l'italienne, à l'époque de sa construction, c'était la plus grande scène au monde :

Largeur
Profondeur
Superficie
Hauteur
49 m
26 m
1 350 m²
72 m

    - capacité des loges : 700 places
    - total des places balcon et parterre : 671




La rotonde des abonnés
haut

Ce vestibule circulaire, situé exactement sous la salle de spectacle, servait autrefois à accueillir les spectateurs arrivant en voiture.
L'atmosphère de cette salle est assez sombre et tout est fait pour donner l'impression d'entrer dans une grotte avant d'être ébloui par les feux du théâtre.

Le sol est orné de magnifiques mosaïques de marbre et le plafond de mirroirs.



Dans l'axe central se tient la sculpture de bronze de 1870 "la Pythonisse" œuvre de Marcello (1836-79), pseudonyme d'Adele d'AffryBIOGRAPHIE D'ADELE D'AFFRY
------------------------------------------------------------------------------
Naissance : 6 juillet 1836 à Fribourg (Suisse)
Décès : 14 juillet 1879 à Castellamare (Italie)

Issue d'une famille suisse noble comptant de nombreuses figures politiques et militaires, son père, Louis, est aquarelliste et sa mère, Lucie de Maillardoz, est sculpteur, artiste peintre et collectionneuse d'art.

MarcelloHeinrich Maximilian Imhof

En 1856, elle va à Rome (Italie) où elle étudie la sculpture avec le bernois Heinrich Max Imhof (1795-1869) et s'initie aussi à la peinture et à la gravure, se perfectionne en prenant des cours d'anatomie, de géométrie et de dissection et en parcourant les musées de nombreuses villes européennes.
Le 5 avril, elle épouse Carlo, duc Colonna di Castiglione-Altibrandi, à Rome, qui décède la même année de la typhoïde.
À Rome, elle rencontre Auguste Clesinger (1814-1883) et Jean-Baptiste Carpeaux (1825-75), Georges Clairin (1843-1919) et Henri Regnault (1843-71).

Jean-Baptiste Carpeaux Auguste Clésinger Henri Regnault

En 1859, elle s'installe à Paris et fréquente des célébrités artistiques et politiques comme Adolphe Thiers (1797-1877), le compositeur Charles Gounod (1818-93).
Souffrant de tuberculose, elle consacre les dernières années de sa vie à la peinture.
En 1860, elle retourne à Rome et prend le peseudonyme de Marcello.

Adolphe Thiers Charles Gounod
, duchesse de Castiglione Colonna.

la Pythonisse la Pythonisse la Pythonisse
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

Le Pavillon de l'Empereur
haut

pavillon de l'empereur, opéra Garnier

Situé à l'aile occidentale du bâtiment, il comprend une rampe d'accès, ornée de grands aigles en bronze , à une rotonde pour les voitures et à l'étage une loge, un salon et un fumoir.

Le buste de Garnier, d'après Carpeaux, y figure depuis 1903, entouré des allégories du Travail et de l'Avenir par Jules Thomas.
Au-dessous figure le plan du bâtiment.

buste de Charles Garnier buste de Charles Garnier buste de Charles Garnier
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -


À l'entrée du pavillon, un majestueux aigle surmonte la porte ornée de 2 cariatides.


- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

Prévu pour que Napoléon III et sa suite puissent pénétrer directement au sein de l'édifice et limiter ainsi les risques d'agression, le pavillon de l'Empereur communique directement avec une loge d'avant-scène du côté jardin.

Napoléon III  Edgar Degas  Louis XIV

Ce pavillon est orné de peintures d'Edgar DegasBIOGRAPHIE D'EDGAR DEGAS
------------------------------------------------------------------------------
Naissance : 19 juillet 1834 à Paris
Décès : 27 septembre 1917 à Paris

Peintre, sculpteur et graveur français, il est issu d'une famille bourgeoise cultivée dont le père, Auguste de Gas (1807-74) est un riche banquier ; sa mère est Marie Célestine Musson (1815-47) et a 4 frères et sœurs.

Auguste de Gas

Après son baccalauréat, il commence à fréquenter le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale où il copie des œuvres de Albrecht Dürer (1471-1528), Andrea Mantegna (1431-1506), Paul Véronèse (1528-88), Francisco de Goya (1746-1828), Rembrandt (1606-69).

Albrecht Dürer Francisco de Goya Rembrandt

En 1855, il commence à suivre des cours à l'École des Beaux-Arts de Paris, puis pendant 4 ans effectue de nombreux séjours en Italie.

Dans les années 1880, alors que sa vue commence à décliner, Degas privilégie le pastel, auquel il mêle parfois l'aquarelle et la gouache.
À la fin des années 1890, presque aveugle, il se consacre quasi exclusivement à la sculpture, qu'il pratique déjà depuis une dizaine d'années.
Il meurt d'une congestion cérébrale, âgé de 83 ans.
Il est inhumé au cimetière de Montmartre dans le tombeau de la famille de Gas.
.

En 1880, y sont installés :

une bibliothèque avec une riche collection de près de 600 000 documents (livres, partitions, photographies, estampes ...), conservant les témoignages de l'histoire de l'Opéra de Paris, depuis la création de l'Académie royale de Musique par Louis XIV en 1669.


- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

un musée qui comporte plusieurs maquettes.

maquette d'un décor d'opéra

Le Salon du Glacier
haut

salon du glacier

L'extérieur
haut

Les statues extérieures

La Danse

C'est en 1866 que Jean-Baptiste Carpeaux et Charles Garnier conviennent d'un projet pour orner le fronton de l'opéra.
Le 25 juillet 1869, la statue est dévoilée et vivement critiquée d'atteinte aux bonnes mœurs, elle sera même bombardée d'encre.

Ayant souffert des intempéries et de la pollution, aujourd'hui, c'est une copie de Paul Belmondo réalisée en 1963 à la demande d'André Malraux, l'original étant au musée d'Orsay.

La Danse de Jean-Baptiste Carpeaux
La Musique instrumentale
Le Drame lyrique
L'Harmonie
la Musique instrumntale de Jean-Baptiste Claude Eugène Guillaume
le Drame de Jean-Joseph Perraud
l'Harmonie de François Jouffroy
Le Chant
Le Drame
La Cantate
le Chant de Ursin-Jules Vatinelle et Paul Dubois
le Drame de Jean-Joseph-Alexandre Falguière
la Cantate de Henri-Michel-Antoine Chapu
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

Les bustes célèbres

Beethoven
Mozart
Spontini
buste de Beethoven
buste de Mozart
buste de Spontini
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -
Suivre dimeliandco sur Twitter
Diméli and Co. sur Facebook
Sorties

- AIGUES-MORTES -
Carte d'identité carte d'identité d'Aigues-Mortes
Visites visiter Aigues-Mortes
Histoire histoire d'Aigues-Mortes
Cité médiévale cité médiévale d'Aigues-Mortes
Restaurants manger à Aigues-Mortes
Photos photos d'Aigues-Mortes
Spécialités spécialités d'Aigues-Mortes

- ARGELÈS/MER -
Carte d'identité carte d'identité d'Argelès-sur-Mer
Photos photos d'Argelès-sur-Mer
Histoire histoire d'Argelès-sur-Mer
Visites visiter Argelès-sur-Mer
Restaurants manger à Argelès-sur-Mer

Tautavel Tautavel le musée de la préhistoire
Vallée des tortues vallée des Tortues

- BIARRITZ -
Carte d'identité carte d'identité de Biarritz
Visites visiter Biarritz
Histoire histoire de Biarritz
Pays basque pays basque
Dates quelques dates du pays basque
Restaurants manger à Biarritz
Photos photos de Biarritz
Spécialités spécialités de Biarritz

- CARCASSONNE -
Carte d'identité carte d'identité de Carcassonne
Visites visiter Carcassonne
Histoire histoire de Carcassonne
La Cité cité de Carcassonne
Restaurants manger à Carcassonne
Spécialités spécialités de Carcassonne
Photos photos de Carcassonne
Saint-Nazaire basilique Saint Nazaire de Carcassonne

- DEAUVILLE -
Carte d'identité carte d'identité de Deauville
Visites visiter Deauville
Restaurants manger à Deauville
Histoire histoire de Deauville
Photos photos Deauville

- MARSEILLE -
Carte d'identité carte d'identité de Marseille
Visites visiter Marseille
Restaurants manger à Marseille
Histoire histoire de Marseille
Photos photos Marseille

- PARIS -
Carte d'identité carte d'identité de Paris
Histoire histoire de Paris
Monuments monuments de Paris
Musées musées de Paris
Parcs parcs de Paris
Places places de Paris

Thèmes Paris par thèmes
Biographies biographies

- TOULOUSE -
Carte d'identité carte d'identité de Toulouse
Visites visiter Toulouse
Informations informations sur Toulouse
Photos photos de Toulouse
Personnalités personnalités
Restaurants manger à Toulouse
Loisirs

Voyages voyages
France France
Jeux vidéo jeux video
Office du Tourisme et des Congrés de Paris
opéra national de Paris
Sèvres
musée Rodin
Saint Germain en Lay
Fribourg
Charles Gounod
 
 
 
Mise à jour : 19-Sep-2010 - Site optimisé pour Internet explorer - 1024x768 pixels - © Lidicel 2001-2010