accueil
Partage
courrier  plan

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

   

personnes aiment cette page


 

Nombre de connectés : 2
Aujourd'hui : 32
Total : 2820846
depuis le 15/09/2001



 

Localisation

Paris 4, 11 et 12

Située au centre de Paris, entre 3 arrondissements, le quartier de la Bastille est un lieu vivant et branché.
C'est avant tout un lieu symbolique de la Révolution française construite sur les ruines de la plus ancienne prison de France, la forteresse de la Bastille, fut détruite, entre le 14 juillet 1789 et le 14 juillet 1790, et comprend en son centre une colonne à la gloire des 3 journées "glorieuses" de 1830.




Histoire

Charles V de France, dit Charles le Sage (1338-80), est roi de France de 1364 à 1380.
Son règne marque la fin de la 1ère partie de la guerre de Cent Ans où il réussit à récupérer toutes les terres perdues par ses prédécesseurs, restaure l'autorité de l'État et relève le royaume de ses ruines.

Il décide l'édification du chastel Saint-Antoine, que les Parisiens appelleront la Bastide Saint-Antoine, puis la Bastille.
À l'origine véritable château-fort et un arsenal, cette forteresse est destinée à défendre la porte Saint-Antoine et les remparts de l'est de Paris devenus plus vulnérables contre les Anglais.


Sa construction se fait de 1370 à 1383 sur les plans de l'intendant des finances et prévôt de Paris Hugues Aubriot.
Le château était composé de 8 tours aux murs très épais : la tour du Coin, la tour de la Chapelle, la tour du Trésor, la tour de la Comté, la tour de la Bertaudière, la tour de la Basinière, la tour du Puits et la tour de la Liberté.
Un large fossé, que l'eau de la Seine remplit en hiver, entoure la forteresse.


Au XVIIe siècle, lorsque Louis XIV fait abattre les remparts, il conserve la Bastille comme "prison de luxe pour les gens de qualité". où les prisonniers entrent sur ordre du Roi et non par jugement.

Louis XIII  Louis XIV

Devenu le symbole du tout puissant arbitraire royal, monarchique et tyrannique, en matière de "délit d'opinions", la Bastille est prise d'assaut par les révolutionnaires parisiens le 14 juillet 1789, qui à leur yeux, représente la cruauté du régime royal depuis le règne de Louis XIII.

14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...      14 juillet 1789 : la prise de la Bastille en quelques mots ...

Le 14 juillet 1789 est l'épisode qui symbolise la fin de l'Ancien Régime et le début de la Révolution Française avec la prise d'assaut par les Parisiens de la Bastille au nom de la République.


- Différentes interprétations de la prise de la Bastille -

la société française en 1788 est marquées par des difficultés économiques, le Tiers ÉtatREPRÉSENTATION
-----------------------------------------------------------------------------
est accablé d'impôts, les récoltes sont mauvaises, l'industrie connaît des difficultés et crée du chômage, la famine se généralise.

Le pain constitue l'aliment principal du peuple, mais son prix monte sans cesse depuis la récolte catastrophique de 1788.
En ville, le nombre de pauvres augmente considérablement et aux ouvriers sans travail et pauvres, s'ajoutent d'innombrables mendiants venus des campagnes.


Les Trois Ordres qui composent le pays sont :

La Noblesse bénéficie d'énormes privilèges et ne paie pas d'impôts.

Le Clergé bénéficie de privilèges.

Le Tiers État vit dans les campagnes de façon misérable supportant toutes les charges du pays.
Il paie :
  - les droits féodaux au seigneur
  - la dîme au clergé : produits de la terre et de l'élevage
  - la taille au roi Louis XVI


Les États Généraux se réunissent à Versailles le 5 mai 1789.


Dès le début, les députés élus par le Tiers État déclarent qu'il fallait supprimer la royauté absolue et faire une constitution, mais le roi, soutenu par la plupart des députés du Clergé et de la Noblesse, refuse.
Le 20 juin 1789, les députés du Tiers État jurent de ne pas se séparer avant d'avoir transformé le gouvernement de la France : c'est le serment du Jeu de Paume.

serment du jeu de paume

Le 22 juin 1789, 150 membres du clergé se réunissent au Tiers États, le lendemain La liberté de la presse est proclamée.
Le 26 juin 1789, Louis XVI appelle des troupes autour de Paris et de Versailles, finalement cède et permet aux députés de faire une constitution, la réunion des 3 ordres ; les États Généraux prennent le nom d'Assemblée constituante.

Le 8 juillet 1789, Robespierre (1758-94) fait partie de la délégation de 25 députés envoyée auprès du roi pour le ramener à de meilleures dispositions.

Louis XVI  Robespierre  Jean Sylvain Bailly

Le matin du dimanche 12 juillet 1789, les Parisiens sont informés du renvoi du ministre d'État Jacques Necker (1732-1804).
À midi, au Palais-Royal, un avocat et un journaliste et avocat alors peu connu, Camille Desmoulins (1760-94), monte sur une table et harangue la foule des promeneurs et l'appelle à prendre les armes contre le gouvernement du roi.
Aux Tuileries, la cavalerie charge la foule.


Dans les rues de Paris et dans le jardin du Palais Royal de nombreuses manifestations ont lieu, les bustes de Jacques Necker et du Régent Philippe d'Orléans sont portés en tête des cortèges.

Le matin du mardi 14 juillet 1789, les émeutiers, se sentant menacés par les troupes du roi, pillent d'abord les Invalides puis se rendent à la Bastille chercher des armes, des fusils, de la poudre pour se battre et s'emparent de la prison, symbole du pouvoir absolutiste, c'est la prise de la Bastille.

marquis de Launay  Jacques Necker  Camille Desmoulins

L'arrivée de 2 détachements de gardes françaises, des soldats professionnels chargés de veiller sur la capitale, prennent le parti des émeutiers et vont leur assurer la victoire.
Les sans-culottes s'empressent de décapiter le gouverneur de la Bastille, le marquis de Bernard-René Jordan Launay (1740-89), et promènent sa tête plantée au bout d'une pique dans les rue de Paris.


L'édifice est ensuite démolie par l'entrepreneur de travaux Pierre-François Palloy (1755-1835) qui embauche 800 ouvriers pour ensuite en revendre les pierres qui servent à bâtir le Pont de la Concorde.


Cette destruction est une grosse économie pour le Trésor.

Pierre-François Palloy  Louis Joseph Condé  Charles X

Le 14 juillet 1789 marque la 1ère manifestation du peuple français pour conquérir sa liberté et son émancipation civique.

Le 17 juillet 1789, Louis XVI, accompagné de 100 députées dont Robespierre, se rend à Paris où Jean Sylvain Bailly (1736-93), maire de Paris, lui remet symboliquement les clés de la ville.
Le même jour, le prince de Condé, Louis V Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818), et le comte d'Artois, futur Charles X (1757-1836), s'enfuient de Versailles.
L'émigration des nobles commence.

déclaration des droits de l'homme et du citoyen

Dans la nuit du 4 août 1789, les députés de la Constituante supprimaent la dîme, la gabelle, le droit de chasse ainsi que tous les privilèges de l'Ancien Régime, tout ce qui constitue la féodalité.

Le 26 août 1789, la proclamation de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen marque l'apogée de l'idéologie de la révolution française, concentrant en quelques lignes toutes les principales revendications d'un peuple en lutte contre le régime auquel il est soumis.
Ce texte représente aussi une des 1ères pierres du droit constitutionnel moderne, basé essentiellement sur la description des libertés que l'homme doit pouvoir faire valoir à l'encontre de l'État.

Le 14 juillet est le jour de la Fête Nationale Française en souvenir de cet évènement.

Il est possible de voir une représentation de la prise de la Bastille en bas relief, sur le monument "La République" place de la République à Paris.


Place de la Bastille
haut


La colonne de Juillet
haut

Élevée sur la place de la Bastille, la colonne de Juillet possède un fût en bronze où sont gravés les noms des 615 victimes des journées révolutionnaires de juilletPHOTOGRAPHIE
-----------------------------------------------------------------------------


.
La hauteur totale est de 46,3 m formée de 21 tambours cylindriques.
Elle repose sur un piédestal circulaire en marbre blanc, socle sous forme de bassin circulaire réalisé sous le Premier Empire afin d'accueillir une fontaine avec une sculpture d'éléphant en son centre.

Les travaux sont confiés aux architectes Jean-Antoine Alavoine (1777-1834) et Louis Duc.
Les tambours de bronze furent coulés aux forges de Fourchambault puis ajustés et posés sur place. Le chapiteau de 11 tonnes coulé d'une seule pièce aux forges du Roule.

Dès le 16 juin 1792, il est décidé que l'emplacement de la Bastille forme une place dite de la Liberté, et qu'une colonne y soit élevée.
Palloy fournit la 1ère pierre, mais la construction en reste là et une fontaine est installée en 1793.

En 1808, Napoléon, dans ses projets de réaménagement de la ville, afin de célébrer ses victoires militaires et de donner à Paris les signes de la grandeur de l'Empire , projète d'y construire un monument, une fontaine gigantesque en forme d'éléphant de 24 m de hauteur et être fondu avec le bronze des canons pris aux Espagnols dans la guerre d'alors qui oppose la France à l'Espagne.

Le sommet serait accessible par un escalier logé dans une patte, mais seule une maquette en plâtre grandeur nature est élevée.
Victor HugoPORTRAIT
-----------------------------------------------------------------------------
Victor Hugo
(1802-85) en fait le symbole, dans des pages fameuses des "Misérables", pour du désespoir et de la misère.
C'est là qu'il loge le jeune Gavroche et que celui-ci recueille 2 enfants égarés, affamés, trouvés dans les rues de Paris.
Ce monument laissé à l'abandon est démonté en juillet 1846.





En 1833, reprenant le décret de 1792 et en souvenir des morts de la révolution de 1830 dite les Trois Glorieuses, Louis-Philippe 1er fait ériger la colonne de Juillet emblème politique incarnant la liberté retrouvée en la personne de Louis-Philippe face à la tentative de restauration monarchique de Charles X.

Le monument est inauguré le 28 avril 1840.


Le Génie de la Liberté
haut

À son sommet, le Génie de la libertéPHOTOGRAPHIE
-----------------------------------------------------------------------------
, tenant d'une main une chaîne brisée du Despotisme et de l'autre le flambeau de la Civilisation, ouvre ses ailes, prêt à l'envol d'une humanité libérée des chaînes de l'oppression.

"la Liberté qui s'envole en brisant des fers et semant la lumière", il est nu, le pied gauche posé sur la sphère, la jambe droite levée, les ailes déployées, une étoile sur le front.

De nos jours, la place de la Bastille sert encore de point de rendez-vous principal lors des manifestations et des mouvements sociaux, comme le plus important "Bal Populaire" de France ou le défilé syndical du 1er Mai.


Il est encore possible d'en voir des vestiges et de suivre le contour de la célèbre forteresse aux débouchés de la rue Saint Antoine et de la tour de la liberté dans le square Galli au départ du boulevard Henri IV où il est caractérisé par un pavage spécial, visible également sur le quai de la Ligne 5 du métro parisien, de la station Bastille.
Sur le sol a été tracé l'emplacement de la Bastille.




Opéra Bastille
haut

En mars 1982, il est décidé de construire un nouvel Opéra.
À la suite d'un concours international lancé en juillet 1982 ou participent 1700 architectes, c'est le plan de Carlos Ott, architecte canadien-uruguayen qui est retenu.

opéra Bastille

Produit des dernières technologies, cet édifice moderne et massif est érigé à la gloire des arts lyriques et inauguré par François Mitterrand le 14 juillet 1989.

Architecte l'uruguayen Carlos Ott (1946-x)
Construction novembre 1984
Inauguration 13 juillet 1989
Nombre de places 2 703 places
Surface 22 000 m²
Hauteur 80 m
Coût 2 781 573 817 francs

Il comprend :

Un amphithéâtre :
Situé sous la Grande Salle de l'Opéra Bastille, il peut accueillir jusqu'à 450 spectateurs.
Les gradins, les sols et les murs sont revêtus d'une pierre reconstituée à partir de brèches de marbre qui viennent de Vérone (Italie) et sont consolidées dans du béton blanc.
Le matériau est appelé le "Blanc de Vérone" et le plafond est habillé d'un staff peint en blanc.
De nombreuses manifestations, dont des spectacles plus particulièrement destinés au jeune public sont programmés dans cette salle.


Un foyer panaoramique :
Au 7ème étage, un grand demi-cercle, vaste espace pour flâner, accessible à tous les spectateurs avant la représentation et pendant l'entracte.
Y sont également organisées des réceptions d'une capacité de 600 personnes.
Ce foyer offre une vue très étendue sur la ville, dans une perspective rare depuis un bâtiment public : Est-Ouest.


Une salle de 2 703 places :

Hauteur Largeur Profondeur Superficie
20 m 40 m 32 m 1 200 m²

Ses murs sont habillés d'un granit gris bleuté venant de Bretagne.
Le bois rouge-orangé, très présent dans la salle, est du bois de poirier venant de Chine
Le dessous et le bord des balcons sont revêtus d'un staff peint en blanc et les sièges, tous identiques, sont habillés de velours noir.
Le parquet est en chêne.
Le plafond, d'une superficie de 700 m², est composé de 4 grandes courbes, séparées les unes des autres par un pont lumière où sont installés les projecteurs qui éclairent la scène de face, principale source de lumière éclairant la salle grâce à 2 700 tubes fluorescents qui ont été placés au-dessus du plafond.


Des coulisses :
Les espaces scéniques représentent plus de 50% du volume total de l'édifice.
Ils se répartissent sur 2 niveaux de 5000 m² chacun : 1 au 1er étage du théâtre, 1 au 6ème dessous, 25 m sous la scène.
Autour de la scène, dont les dimensions sont 30 m de largeur pour 25 m de profondeur, 5 scènes annexes ont été construites.
S'y ajoute une arrière-arrière scène et une grande scène de répétition aux dimensions identiques à celles de la scène principale.
Les décors des spectacles en cours y sont stockés et manipulés.
Au 6ème dessous, la même configuration des espaces scéniques permet le montage et le démontage des décors.
Une fois construits, les décors sont montés sur d'énormes chariots motorisés qui grâce à un réseau de rails installé au sol facilitent leur déplacement rapide d'une scène à l'autre.
L'arrière-scène est équipée d'une plaque tournante de 28 m de diamètre.
Au centre de la scène principale, un gigantesque ascenseur de 400 m² assure les déplacements verticaux des décors.


Un studio :
Petite salle de 230 places est située dans le comble du bâtiment des grandes marches étudiée pour que ses qualités scénographiques et acoustiques lui permettent d'accueillir les petites formes lyriques et musicales.
Sa géométrie déduite de la forme du bâtiment qui l'abrite, est assumée jusque dans les moindres détails.
Son architecture intérieure est dominée par la présence du bois qui lui confère une chaleur que le métal poli et le verre sablé renforcent dans un heureux contraste.

Des salles d'expositions et de documentation

Un grand escalier :
Il commence au 2ème étage du foyer et rejoint au 7ème étage le foyer panoramique.
Entre l'escalier et la façade extérieure se trouvent des salons, quelques uns sont des fumoirs, d'autres sont destinés aux retardataires qui, via un circuit vidéo interne, regardent la représentation avant de pouvoir gagner leurs places quand le déroulement du spectacle le permet.
La façade est une grande verrière formée de carrés de verre suffisamment épais pour isoler les foyers des bruits extérieurs.
L'escalier, ainsi et les sols des foyers sont revêtus de "Blanc de Vérone".
Les murs des foyers sont habillés de pierre de Verneuil, du calcaire bourguignon, assemblées en carrés de 90 cm.
Au pied de l'escalier se trouve "Le Monde", une sculpture réalisée en 1973 par Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely.

La façade arrondie est couverte de carreaux de céramique et de verre.
Le toit est composé de milliers de morceaux de verre permettant une meilleure réverbération du son.


Dans les environs
haut

Place des Vosges Maison de Victor Hugo
Canal Saint-Martin Port de l'arsenal
Faubourg St Antoine Boulevard Beaumarchais
Gare de Lyon Quartier du Marais
Suivre dimeliandco sur Twitter
Diméli and Co. sur Facebook
Sorties

- AIGUES-MORTES -
Carte d'identité carte d'identité d'Aigues-Mortes
Visites visiter Aigues-Mortes
Histoire histoire d'Aigues-Mortes
Cité médiévale cité médiévale d'Aigues-Mortes
Restaurants manger à Aigues-Mortes
Photos photos d'Aigues-Mortes
Spécialités spécialités d'Aigues-Mortes

- ARGELÈS/MER -
Carte d'identité carte d'identité d'Argelès-sur-Mer
Photos photos d'Argelès-sur-Mer
Histoire histoire d'Argelès-sur-Mer
Visites visiter Argelès-sur-Mer
Restaurants manger à Argelès-sur-Mer

Tautavel Tautavel le musée de la préhistoire
Vallée des tortues vallée des Tortues

- BIARRITZ -
Carte d'identité carte d'identité de Biarritz
Visites visiter Biarritz
Histoire histoire de Biarritz
Pays basque pays basque
Dates quelques dates du pays basque
Restaurants manger à Biarritz
Photos photos de Biarritz
Spécialités spécialités de Biarritz

- CARCASSONNE -
Carte d'identité carte d'identité de Carcassonne
Visites visiter Carcassonne
Histoire histoire de Carcassonne
La Cité cité de Carcassonne
Restaurants manger à Carcassonne
Spécialités spécialités de Carcassonne
Photos photos de Carcassonne
Saint-Nazaire basilique Saint Nazaire de Carcassonne

- DEAUVILLE -
Carte d'identité carte d'identité de Deauville
Visites visiter Deauville
Restaurants manger à Deauville
Histoire histoire de Deauville
Photos photos Deauville

- MARSEILLE -
Carte d'identité carte d'identité de Marseille
Visites visiter Marseille
Restaurants manger à Marseille
Histoire histoire de Marseille
Photos photos Marseille

- PARIS -
Carte d'identité carte d'identité de Paris
Histoire histoire de Paris
Monuments monuments de Paris
Musées musées de Paris
Parcs parcs de Paris
Places places de Paris

Thèmes Paris par thèmes
Biographies biographies

- TOULOUSE -
Carte d'identité carte d'identité de Toulouse
Visites visiter Toulouse
Informations informations sur Toulouse
Photos photos de Toulouse
Personnalités personnalités
Restaurants manger à Toulouse
Loisirs

Voyages voyages
France France
Jeux vidéo jeux video
Paris Info
mairie de Paris
Cityvox
Office du Tourisme et des Congrés de Paris
Paris live
CCIP - Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris
Disneyland Paris
site officiel du tourisme Paris Île-de-France - PIDF
Vélib Paris
Carlos A. Ott
opéra national de Paris, opéra Bastille
 
 
 
Mise à jour : 19-Sep-2010 - Site optimisé pour Internet explorer - 1024x768 pixels - © Lidicel 2001-2010