accueil
Partage
courrier  plan

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

   


 

Nombre de connectés : 1
Aujourd'hui : 54
Total : 2913341
depuis le 15/09/2001



 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


35 rue du chevalier-de-la-BarrePANNEAU
-----------------------------------------------------------------------------
, Paris 18e






Histoire de la Basilique
haut

Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...      Quelques mots sur la butte de Montmartre ...

Il y a longtemps que Montmartre est un lieu de culte :

Les Druides gaulois

Les Romains avec les temples dédiés à Mars et Mercure

L'Église Saint-Pierre, petite église catholique située au pied de l'immense Sacré-Cœur est la plus ancienne et vieille de Paris.
Reconstruite près de l'Abbaye Royale de Montmartre après que celle-ci soit entièrement détruite après la Révolution, elle est édifiée au XIIe siècle par le roi Louis VI et sa femme Adélaïde de Savoie, puis consacrée en 1147 par le pape Eugène IIIPORTRAIT
-----------------------------------------------------------------------------
Eugène III
.

Voir la biographie de Louis VI le Gros biographie de Louis VI le Gros

C'est le dernier vestige de l'Abbaye Royale de Montmartre.
L'extérieur de l'église comporte de belles portes ornées de bas-reliefs et l'intérieur très simple de magnifiques vitraux, réalisés par Maurice Max-Ingrand au milieu du XXe siècle, donc très récents et colorés, faisant un agréable contraste par leur modernité avec le classicisme des lieux.

Le Sacré-Cœur érigé à la fin du XIXe siècle

La colline de gypseDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Roche, minéral composé de sulfate hydraté de calcium, entrant dans la fabrication du plâtre.

Synonyme : pierre.
qui domine Paris au nord a connu, en l'honneur de Mars et de Mercure, des temples dont il reste encore encore quelques chapiteaux.
Leurs noms fournissent une des étymologies du mot Montmartre.
La 2nde, Mont des Martyrs, est offerte par Saint-Denys, 1er apôtre chrétien de la future capitale, qui aurait séjourné avec ses disciples dans les carrières à plâtre.
Une opinion très ancienne lui fait y trouver le martyre par décapitation.
Une abbaye entretint son culte, renouvelé par la découverte, au XVIIe siècle, d'une grotte marquée de son nom ; sa dernière abbesse fut guillotinée par la Révolution Française.

Voir la biographie de Saint-Denis biographie de Saint-Denis

De prestigieux personnages de l'histoire religieuse de la France sont passés à Montmartre, entre autres Saint-Germain, Sainte-Clotilde, Saint-Cloud, Saint-Germain-d'Auxerre, Saint-Hugues, Saint-Bernard et Saint-Pierre le Vénérable, assistants du pape Eugène III qui consacre l'église et l'autel de l'abbaye, Saint-Thomas d'Aquin durant son professorat à la Sorbonne, Sainte Jeanne d'Arc pendant le siège de Paris, Saint Ignace de Loyola qui y fonde les jésuites avec Saint François-Xavier, Saint François de Sales, Bérulle, Ollier, la Bienheureuse Marie de l'Incarnation, Saint Vincent de Paul, Sainte Louise de Marillac, Saint Jean-Eudes qui y fait célébrer le 1er office en l'honneur du Sacré-Cœur, sans compter les nombreux rois et reines, dont Henri IV et Louis XIV, venus y faire leurs dévotions.

"Un temple doit être placé sur un lieu qui domine Paris pour rappeler la protection divine sur la France et la Capitale".
C'est ainsi qu'est construite la Basilique romano-byzantine du Sacré-Cœur sur la plus haute des collines parisiennes, la butte ou colline de Montmartre, à 129 m au-dessus du niveau de la mer, dominant Paris.




La motivation de la construction de l'édifice s'inscrit dans un contexte historique très agité pour la France.

1870 :
la France et l'Allemagne se déclarent la guerre.

Septembre : l'armée impériale de Napoléon III est défaite à SedanGÉOGRAPHIE
-----------------------------------------------------------------------------
Département : Ardennes 08
Région: Champagne-Ardennes

Ville d'art et d'histoire, c'est ici que ce trouve le château fort le plus grand d'Europe avec une superficie de 35 000 m² sur 7 niveaux dont 3 supérieurs et 4 souterrains.
Cette forteresse d'origine médiévale est bâtie en 1424.



En 1870, une guerre éclate entre la France de Napoléon III (1808-73) et la Prusse de Guillaume 1er (1797-1888).
Voulue par le chancelier allemand Bismarck (1815-98), la guerre de 1870 a sonné le glas du Second Empire de Napoléon III en quelques semaines, à l'issue d'une défaite française à la fois tactique et logistique, lors de la bataille de Sedan le 1er septembre.

 
.
Le roi est fait prisionnier tandis que le peuple de la capitale est soumis à un siège interminable imposé par les Prussiens qui campent aux portes de la ville ravagée par le froid et la faim.
Suite à la capitulation de Napoléon III (1808-73), la IIIe République naît de ce désastre et est proclamée de justesse au grand dam des conservateurs, monarchistes et catholiques.

Janvier 1871
Paris et la France se divisent dans une guerre civile appelée la CommuneAFFICHE
-----------------------------------------------------------------------------
, mouvement né des contestations d'un peuple déçu par les défaites françaises contre la Prusse en 1870 et d'un contexte social et politique morose.

À Paris, le peuple qui s'oppose au gouvernement d'Adolphe Thiers (1797-1877) se barricade pour endiguer les assauts des soldats Versaillais, associés au gouvernement en place.
Pendant 2 mois, les luttes font rage mais les soldats de Thiers parviennent à percer les défenses du peuple parisien insurgé et organisent un véritable massacre de leurs compatriotes.

Adolphe Thiers  Hubert Rohault de Fleury  Louis Philippe

L'origine du projet ...      L'origine du projet ...      L'origine du projet ...      L'origine du projet ...      L'origine du projet ...      L'origine du projet ...      L'origine du projet ...      L'origine du projet ...      L'origine du projet ...      L'origine du projet ...

Deux notables bourgeois de Paris, Alexandre Legentil et Hubert Rohault de Fleury ont épousé les 2 filles de Charles Marcotte d'ArgenteuilPORTRAIT
-----------------------------------------------------------------------------
(1773-1864), qui a été haut fonctionnaire sous Louis-Philippe (directeur des Eaux et Forêts) et qui s'est reconverti dans la finance.

Alexandre Félix Legentil (1821-89) :

Alexandre Legentil  Marie Marcotte

Fils d'un gros négociant en tissus, créateur d'un des 1ers grands magasins, le Petit Saint-Thomas, il a été député sous Louis-Philippe, pair de France et reprend les affaires de son père.

Traducteur et auteur d'ouvrages d'économie, il est aussi membre de la Société d'encouragement pour l'industrie nationaleDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Association atypique créée sous l'impulsion du jeune banquier Benjamin Delessert (1773-1847) et de l'agronome Charles Philibert de Lasteyrie (1759-1849), avec le soutien de Bonaparte (1769-1821), elle est fondée en 1801.



Reconnue d'utilité publique en avril 1824 par le roi Louis XVIII (1755-1824), elle a apporté une contribution directe au développement économique de la France dans les domaines allant des 1ers réseaux de lignes de chemins de fer à la création des 1ères infrastructures de production et de distribution d'énergie.
Son action a été déterminante en matière de brevets et de normalisation.

Bien avant la lettre, elle est à l'origine d'initiatives sociales marquantes telles que la protection des jeunes travaillant dans les manufactures, l'emploi des handicapés, la création de fonds de chômage, le soutien aux mesures d'hygiène et de sécurité au travail.

Elle est indissociablement liée à l'émergence des branches industrielles de la chimie, de l'agro-alimentaire, des transports, de la mécanique, des textiles, de l'énergie et à la création d,écoles d'ingénieurs, de commerce, et de la formation continue.
.
Mais surtout, c'est un homme très pieux qui s'est engagé dans la Société de Saint-Vincent-de-Paul société de Saint Vincent de Paul, association catholique de bienfaisance fondée en 1833.
Dans sa vieillesse, il fait cadeau de son château de Saint-OuenPHOTOGRAPHIE
-----------------------------------------------------------------------------
Saint-Ouen

Département : Seine-Saint-Denis 93
Région : Île-de-France

aux Oblats de Saint-François-de-SalesDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Congrégation religieuse catholique de prêtres et de frères fondée à Troyes (Aube, 10) en 1871 par le Père Louis Brisson (1817-1908) pour apporter aide et réconfort à la jeunesse des milieux populaires.

Elle prend son origine dans le souhait qu'avait François de Sales (1567–1622) lui-même de fonder une congrégation de prêtres continuant, selon son esprit, l'œuvre commencée, à côté de la Visitation.

et écrit des ouvrages de piété.

Hubert Rohault de Fleury (1828-1910) :

Il vit de ses rentes.
Son grand-père, polytechnicien, inspecteur général des bâtiments sous Louis-Philippe, et son père, polytechnicien également, architecte, ont amassé assez d'argent pour qu'Hubert n'ait pas d'autre souci que de gérer tranquillement sa fortune. Il consacre la plus grande partie de son temps à la religion : il assiste tous les matins à la messe avec son épouse, lit des vies de saints, et est très actif lui aussi dans la Société de Saint-Vincent-de-Paul.
La construction de la basilique du Sacré-Cœur occupe les 40 dernières années de sa vie.

Depuis longtemps, cette famille est inquiète de la progression des idées nouvelles.
Elle voit l'immoralité partout.
Elle se demande comment faire pour ramener la France (la France, pas seulement les Français) dans le giron de l'Église sainte et unique.

Les 2 beaux-frères, fervents catholiques, mettent sur papier le brouillon d'un "vœu national" cautionné par un Jésuite, le Père Ramière :
"En présence des malheurs qui désolent la France et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore. En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l'Église et du Saint-Siège, et contre la personne sacrée du Vicaire de Jésus-Christ nous nous humilions devant Dieu et réunissant dans notre amour l'Église et notre Patrie, nous reconnaissons que nous avons été coupables et justement châtiés.
Et pour faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l'infinie miséricorde du Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ le pardon de nos fautes ainsi que les secours extraordinaires, qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité et faire cesser les malheurs de la France.
Nous promettons ne contribuer à l'érection à Paris d'un sanctuaire dédié au Sacré-Cœur de Jésus.
"
Le but est de faire ériger à Paris, une église consacrée au Sacré-Cœur de Jésus pour faire amende honorable de nos péchés et en expiation des horreurs de la Commune et du siège de Paris.

18 janvier 1872
L'archevêque de Paris Joseph-Hippolyte Guibert (1802-86) approuve le projet et choisit le sommet de la colline Montmartre comme site.

J oseph Hippolyte Guibert  Jules Simon  Charles Garnier  Paul Abadie

1873 :
5 mars : l'archevêque adresse une lettre à Jules Simon (1814-96), ministre des Cultes, demandant "qu'un temple élevé pour rappeler la protection divine sur la France et la Capitale soit placé sur un lieu qui domine Paris et puisse être vu de tous les points de la Cité".

24 mai : l'Assemblée Nationale, à majorité royaliste, vote une loi déclarant la basilique d'intérêt public et permettant ainsi que le terrain soit affecté à la construction d'une église.
Le comité de l'Œuvre du Vœu National et le cardinal de Paris décident que le choix de l'architecte se fera par concours.
Charles Garnier, architecte de l'Opéra de Paris, est membre du jury.
C'est l'architecte Paul Abadie (1812-84), âgé de 62 ans, qui remporte le concours, face à 78 candidats, pour la réalisation de l'édifice.
Conçue sur un plan en croix grecques, d'inspiration byzantine et romane du style de Sainte-Sophie de Constantinople ou San-Marco de Venise, l'édifice illustre parfaitement le style éclectique alors en vogue.

La construction de la basilique devient le symbole de l'union de la France avec l'Église.
Son financement est réalisé par un appel à la contribution nationale où plus de 10 millions de fidèles donnent pour sa réalisation.
Beaucoup de personnes ont acheté des morceaux ou des pierres de la basilique sur lesquelles leurs noms figurent discrètement.

24 juillet : malgré la résistance au projet, l'expropriation publique est adoptée.

Tout sur l'Opéra Garnier Opéra Garnier

1874 :
Le 1er devis estime les travaux à 7 millions de Francs.

1875 :
16 juin : début de la construction de la basilique avec la 1ère pierre posée.
Mais la fragilité du sol formé par les carrières de gypseDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Roche, minéral composé de sulfate hydraté de calcium, entrant dans la fabrication du plâtre.

Synonyme : pierre.
, obligent Paul Abadie à faire d'énormes travaux de fondation : 83 puits de 33 m de profondeur, remplis de béton et reliés par des arcs sont coulés.

1878 :
Début des travaux de la crypte crypte dont la superficie est égale à celle de la basilique.

1881 :
Début des travaux du Sacré-Cœur dont la façade est construite avec les pierres provenant des carrières de Château-Landon (Seine-et-Marne, 77), un calcaire lui donnant son caractère diaphaneDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Qui laisse passer la lumière ou les rayons lumineux sans être totalement transparent.

Synonyme : translucide
, cette présence immaculée dans le ciel marquant l'imaginaire des parisiens et qui blanchit avec l'âge et le contact avec les eaux de pluie.

1884 :
Mort de Paul Abadie, le 3 août.
5 architectes se succèdent et plus ou moins dénaturer le projet initial.

Architectes Dates Architectes Dates
- Honoré Daumet (1826-1911)
- Jean-Charles Laisné (1819-91)
- Henri-Pierre-Marie Rauline (1846-1915)
1884-1886
1886-1891
1891-1904
- Lucien Magne (1849-1916)
- Louis-Jean Hulot (1871-1959)
1904-1916
1916-1924

Le dernier architecte Louis-Jean Hulot achève le campanile campanile et la sculpture monumentale de la basilique.

8 juillet 1886 :
Mort du cardinal Joseph-Hippolyte Guibert.

1891 :
Inauguration de la basilique.

1895 :
Les oppositions à la basilique sont violentes, notamment par le futur président du parti radical et grand-maître de la franc-maçonnerie, espérant prochaine la chute du catholicisme, déclare à l'issue du congrès annuel : "Nous-nous rendrons solennellement sur les hauteurs de Montmartre, précédés de notre bannière, de nos insignes symboliques, et nous irons chanter un hymne de paix sous la coupole du monument destiné aujourd'hui au Sacré-Cœur de Marie Alacoque. Nous y proclamerons la déchéance définitive du pape, la ruine du corps jésuitique, le triomphe de la libre pensée, et sur le fronton dédié ce jour-là aux véritables agents de la civilisation universelles, nous inscrirons ces mots en lettres d'or : "offert à la France et à l'humanité en souvenir des crimes de l'Église".

1898 :
Inauguration du dôme dôme.

1912 :
Inauguration du le campanile campanile.

1914 :
Fin de la construction du clocher.
La basilique est terminée, mais la Ière Guerre Mondiale éclate (1914-1918).

1919 :
16 octobre : consacrée, elle prend le titre de basilique et devient lieu de pélerinage où les chapelains et les sœurs bénédictines du Sacré-Cœur accueillent les pèlerins, les fidèles adorateurs et tous ceux qui cherchent Dieu et pratiquent la prière d'adoration perpétuelle.

1923 :
Coût final de la basilique : 45 millions de Francs, en partie à cause du coût des fondations qui sont beaucoup plus profondes.

1995 :
La basilique du Sacré-Cœur est aux mains de la congrégation des bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre, à la demande du cardinal Jean-Marie LustigerPHOTOGRAPHIE
-----------------------------------------------------------------------------
Jean-Marie Lustiger
(1926-2007), archevêque de Paris, assurant l'animation spirituelle et matérielle de la basilique.


Description
haut

Longueur
Largeur
Durée de construction
Style
100 m
50 m
39 ans
romano byzantin

La façade principale comporte de larges portes de bronze et est encadrée des statues équestres de Saint-Louis et de Jeanne d'Arc.



Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

L'intérieur renferme des trésors de décoration: sculptures en marbre, vitraux et mosaïques.
Les vitraux posés de 1903 à 1920, mais détruits en 1944 par des bombardements, ils sont refaits en 1946.


Le chevet
haut

Définition : un chevet se trouve derrière le chœur d'une église, il termine une extrémité extérieure de l'édifice, par un mur courbé en hémicycle, en demi-cercle.
Il peut se composer du chœur, du déambulatoireDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Couloir qui permet aux fidèles d'approcher la crypte, le sanctuaire et les chapelles rayonnantes, sans avoir à traverser le sanctuaire et le chœur qui, réservés au seul clergé, leurs sont formellement interdits.



Chapelles rayonnantes : petite abside ouvrant sur le déambulatoire.
et des chapelles rayonnantes.
Il est généralement orienté, c'est-à-dire tourné vers l'est, en direction de Jérusalem en Israël.
Il est aussi la 1ère partie de l'église à recevoir les rayons du soleil levant, qui illumine alors en priorité le sanctuaireDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Situé à l'extrémité du chœur, c'est le "saint des saints".
En son centre s'élève l'autel (du latin altus = en hauteur), table du sacrifice de la messe.
Les laïcs ne pouvaient y pénétrer.

Dans une église qui en possède plusieurs, l'autel principal est appelé le maître-autel.
...

Synonyme : abside


La nef
haut

Définition : partie d'une église qui va de la façade (ou portail) à la croisée du transept, comprise entre les 2 murs latéraux.

nef de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe nef de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe nef de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

La grande nef est en forme de croix grecqueDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Adopté dans le monde chrétien orthodoxe (Gréce, Russie ...), les branches de la croix sont égales et l'église est orientée vers l'est, la direction du soleil levant (pour les Chrétiens, Jésus est la "lumière" qui guide leurs pas).
Le prêtre (le pope) se tient dans le lieu de célébration des offices.
Les fidèles se répartissent dans le reste de l'espace.
Un mur (l'iconostase) décoré d'images (les icônes) sépare les prêtre des fidèles.
Souvent l'église est couverte de coupoles qui sont symboliques.



En comparaison avec l'église occidentale, dite latine, elle est composée d'une partie allongée, la nef centrale et d'un corps transversal, le transept.
En principe, il y a une, 3 et parfois 5 nefs : la nef centrale encadrée de bas-côtés ou collatéraux (nefs latérales).
Au delà du transept, la nef se prolonge avec le chœur.

Orientée selon un axe est-ouest, le plan de la croix latine qui évoque le Christ : l'abside, qui entoure la choeur évoque sa tête ; le transept, qui coupe la nef centrale , évoque ses bras ; la nef, bordé de colonnes est son corps.

et est aussi large que longue.
La vaste coupole qui la coiffe élance l'intérieur de la basilique dans les hauteurs.
Tout dans la basilique évoque la spiritualité du Cœur du Christ et le mystère de l'Eucharistie : les sculptures, les mosaïques, les vitraux et les symboles tels que la grappe de raisin, le pain, le pélican, le phénix et bien d'autres ...

L'orgue :
Les grandes orgues de la basilique du Sacré-Cœur ont été construites, par le célèbre artisan facteur d'orgue Aristide Cavaillé-Coll (1811-99) en 1898 pour le château du baron Albert de l'Espée (1852-1918), grand amateur d'orgue.

Aristide Cavaillé-Coll 

Cet orgue est alors l'un des fleurons de Cavaillé-Coll, puisque doté des meilleures technologies de l'époque avec 4 claviers manuels et pédalier, 78 jeux et traction mécanique des claviers et des jeux.
À la mort du baron et la vente de sa demeure, après avoir passé plus de 10 années dans les entrepôts Coll-Mutin, l'orgue est transféré et installé dans la basilique en 1913.
Il est inauguré le 16 octobre 1919 par les compositeurs et organistes français :

Charles-Marie Widor
(1844-1937)
Marcel Dupré
(1886-1971)
Abel Marie Decaux
(1869-1943)
Charles-Marie Widor
Marcel Dupré
Abel Decaux


La coupole
haut

Hauteur
Diamètre
55 m
16 m

La coupole intérieure principale offre une vue plongeante sur la nef et le chœur de la basilique.
Ornée de 4 anges porteurs des instruments de la Passion, la coupole est parcourue de 2 chemins de ronde dont l'un est agrémenté de vitraux.



Depuis la galerie extérieure de la coupole, la vue sur Paris est possible, par temps clair jusqu'à 30 km.

coupole de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe coupole de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe coupole de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

La chapelle de la Vierge
haut

Le déambulatoire autour du chœur est jalonné de nombreuses chapelles dont l'une d'elles est dédiée à la Sainte-Vierge et qui s'appelle la chapelle du Cœur Immaculé de Marie.
Une grande statue de Notre-Dame de la Paix domine l'espace éclairée par 3 séries de vitraux en l'honneur des mytères joyeux, douloureux et glorieux.
Des niches abritent les Vierges des sanctuaires de France et la coupole une délicate mosaïque de l'Assomption.






La statue du Sacré-Cœur
haut

Dans le déambulatoire droit, entourée de fleurs et de cierges, se trouve une grande statue du Christ en argent qui montre son cœur ouvert, signe de tout son amour pour Dieu son père mais aussi pour chacun des hommes.


Le chœur
haut

Il renferme dans l'abside, de 80 mètres de haut et 16 mètres de diamètre, certainement la plus grande mosaïque du monde de 475 m² du peintre Luc-Olivier MersonBIOGRAPHIE
-----------------------------------------------------------------------------
Naissance : 21 mai 1846 à Paris
Décès : 13 novembre 1920

Artiste français qui reçoit le Grand Prix de Rome en 1869 pour "Le Soldat de Marathon"



En 1875, il obtient la médaille de 1ère classe au Salon des artistes français.
En 1891, il devient Chevalier de la Légion d'honneur.
En 1920, il est fait commandeur à titre posthume.
et réalisée par les ateliers Guilbert-Martin entre 1900 et 1922.
Elle représente le Christ, glorifié par l'église catholique et la France, au Cœur d'or les bras ouverts et le cœur rayonnant d'amour.
Au-dessus de l'inscription "Au Cœur trés sain de Jésus, la France fervente, pénitente et reconnaissante", une foule d'adorateurs entoure le fils de Dieu selon une hiérarchie bien précise.
Le chœur est le lieu sain par excellence.
Devant le Saint-Sacrement, présence du Christ, vrai Dieu et vrai homme, mort et ressuscité par les hommes, la prière d'adoration de jour et de nuit y est continue depuis 1885.

mosaïque du choeur de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe mosaïque du choeur de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe mosaïque du choeur de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

Le campanile :
Derrière le chœur, le campanileDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Clocher de forme carrée ou ronde bâti à côté d'une église ou la surmontant, mais ne faisant pas partie de l'édifice.
, haut de 83 m, possède la plus grosse cloche du monde baptisée "la Savoyarde", d'un poids de 18 kg et d'une longueur de 3 m de diamètre.
Offerte par la Savoie à la France, elle a été fondue à Annecy à la fin du XIXe siècle et frappée par un marteau de 1,2 tonne, puis transportée depuis Annecy (Haute Savoie) par un convoi spécial tiré par 28 chevaux, escortée par le peuple avec les flambeaux, et arrivée à Montmartre dans la nuit du 16 octobre 1895.




À noter sur la cloche ...      À noter sur la cloche ...      À noter sur la cloche ...      À noter sur la cloche ...      À noter sur la cloche ...      À noter sur la cloche ...      À noter sur la cloche ...      À noter sur la cloche ...     À noter sur la cloche ...      À noter sur la cloche ...

Histoire de la "Savoyarde"
haut

De son vrai nom Françoise Marguerite du Sacré-Cœur, elle est plus connu sous celui de la "Savoyarde".

Lors de la construction de la Basilique du Sacré-Cœur, plutôt que de participer à une souscription nationale, les Savoyards préférent se distinguer en offrant une cloche et déjà à l'époque de la plus grosse cloche de France.

En 1860, l'annexion de la Savoie à la France est encore assez récente, donc la Savoyarde est à la fois un symbole d'allégence à la France et une personnification de la fierté et du régionnalisme savoyard.

C'est à l'initiative de Mgr Leuillieux, archevêque de Chambéry, qu'est coulée la cloche. La plus grosse fonderie française de cloches, la fonderie Paccard, créée en 1796 à Quintal puis transférée en 1856 à Annecy-le-Vieux et en 1989 à Sévrier (74), qui fabrique la cloche.

Le 17 octobre 1889, le contrat se signe avec les frères Paccard, Georges et Francisque, d'Annecy-le-Vieux.
Le 13 mai 1891, la cloche est coulée.
Baptisée le 20 novembre 1895, elle se nomme Françoise-Marguerite du Sacré-Cœur.
En 1898, elle est livrée à l'achèvement du campanile.

Autrefois montée en lancé-franc, elle est installée en rétro-lancé en 1947, car elle exerçait trop de pression sur son beffroi.

En juin 1999, elle est classée monument historique.

Quelques chiffres
haut

Masse en mouvement 25 765 kg
Poids 18 835 kg
Hauteur 3,06 m
Circonférence 9,60 m
Battant 850 kg
Joug 4 650 kg

Définitions
haut

Quelques définitions :

ANSES :
pièces de suspension en nombre variable situées sur le cerveau et permettant d'accrocher la cloche au joug ou autres éléments de suspension par l'intermédiaire des ferrures.
Synonymes : colombettes, branches de la couronne.

BATTANTS :
indispensable de la cloche, le battant est généralement en acier doux moulé au sable. Il est terminée par une boule, masse arrondie, qui doit venir frapper la cloche en sa partie la plus épaisse, juste au-dessus de la pince.
Cette boule est elle-même prolongée par une chasse destinée à donner au battant à la fois un peu d'élan de masse et plus d'inertie.
Le battant est fixé à la cloche à l'aide de liens en cuir appelés brayers, passant à travers l'œil du battant et la bélière.
Le diamètre d'une cloche est mesuré à la pince.

BÉLIÈRE :
anneau d'acier inséré dans le cerveau, auquel est suspendu le battant ou la chape de battant.
Synonyme : boucle, porte-battant, colombelle.

CERVEAU :
partie supérieure de la cloche.

JOUG ou JOUG de SUSPENSION :
pièce de bois ou de métal dans laquelle sont engagées les anses ou la couronne de la cloche destinée à être sonnée en volée et faisant le lien avec le support architectural.
Synonymes : fourche, étrier, mouton, monture.

 


Le parvis
haut

Longueur
Largeur
100 m
50 m

Au sommet de la façade de la basilique se niche la statue du Christ bénissant.

Plus bas, Sainte Jeanne d'Arc et Saint-Louis statues équestres sur leur monture protègent l'entrée.
Le square de Willette, devant le parvis, déroule ses escaliers vers le quartier animé et bruyant de Pigalle.


La crypte
haut

Définition : chapelle souterraine où est renfermé le corps d'un saint.
La crypte est plus grande que la confession, petit édifice sur lequel était édifié l'autelDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Du latin altus = en hauteur

Il existe plusieurs sortes d'autel :

- autel païen : table de pierre à l'usage des sacrifices offerts aux
  dieux.
- autel chrétien : table sur laquelle est célébrée la messe.
et qui contient les restes d'un martyr.

Superficie : même dimension que la basilique et soutenue par 83 piliers enterrés hauts de 33 m.

Le vaste déambulatoire de la crypte est ponctué de nombreuses chapelles latérales et de 3 chapelles centrales :

Chapelle Saint-Pierre
Chapelle Sainte-Famille
Chapelle de la Pièta
chapelle Saint-Pierre
chapelle Sainte-Famille
chapelle de la Piéta
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

La Pièta représente la statue de la Vierge tenant le corps de Christ mort à ses pieds.
Dans cette chapelle qui soutient la nef, se trouvent aussi les tombeaux de plusieurs cardinaux dont ceux de Guibert et Richard.




Le dôme
haut

Hauteur : 80 m.

Juste au-dessous de la coursive, un cheneau extérieur longe également le dôme principal est surmonté d'un lanterneauDÉFINITION
-----------------------------------------------------------------------------
Une lanterne est une tourelle ajourée, souvent garnie de colonnettes, surmontant un dôme éclairant un édifice par le haut.

Dans le cas d'une petite lanterne, il s'agit de lanternon ou de lanterneau.
.

vue du dôme de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe vue du dôme de la Basilique Sacré-Choeur, Paris XVIIIe
- Cliquer sur les images pour les voir en grand -

La visite du dôme, qui s'élève à plus de 200 m, permet une vue circulaire sur la capitale et l'Île-de-France est superbe sur 50 km.

Un escalier en colimaçon de 237 marches mène à la galerie du dôme.

Le culte du Sacré-Cœur
haut

À l'entrée de la basilique, se trouve la statue de Sainte Marguerite-Marie, de son vrai nom Marguerite-Marie Alacoque (1647-90), une religieuse mystique de l'Ordre de la Visitation, initiatrice avec le prêtre français Jean Eudes (1601-80) au XVIIe siècle du culte du Sacré-Cœur après avoir eu des visions du Christ et canonisée en 1920.
Elle est représentée le visage tourné vers le ciel, le cœur sacré de Jésus entre les mains.

Le 27 décembre 1673, le Christ révèle à Sainte Marguerite-Marie que "Mon divin Coeur est si passionné d'amour pour les hommes, et pour toi en particulier que, ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu'il les répande par ton moyen, et qu'il se manifeste à eux pour les enrichir de ses précieux trésors que je te découvre ..."

Le Chevalier de la Barre
haut

Vrai nom : François-Jean Lefebvre, chevalier de La Barre, dit le "chevalier de La Barre"
Naissance : 12 septembre 1745 au château de Férolles-en-Brie (Seine-et-Marne, 77)
Décès : 1er juillet 1766 à Abbeville (Somme, 80)

Orphelins, pauvres, les 2 frères La Barre sont recueillis par leur tante, abbesse de Willancourt, qui tient salon et reçoit les personnalités de la ville. Les enfants de ces notables sont une petite bande bruyante, chahuteuse et volontiers anticléricale.

Accusé à Abbeville de sacrilège, d'avoir chanté des chansons impies et d'avoir ridiculisé les processions religieuses, condamné sur de faux témoignages pour servir d'exemple, torturé, il subit les pires supplices : sa langue est arrachée et sa main droite coupée.
Le 1er juillet 1766, il est guillotiné et brûlé avec l'exemplaire saisi du Dictionnaire Philosophique, à l'âge de 19 ans, sur la place publique.
En 1764, Voltaire, l'un des philosophes des Lumières, et Rousseau prennent sa défense et tentent de le réhabiliter, en vain.
En 1905, une statue à son effigie, d'Armand Bloch, est érigée sur le parvis de l'église du Sacré-Cœur à Paris.
En 1926, elle est déplacée dans le square NadarBIOGRAPHIE
-----------------------------------------------------------------------------
Vrai nom : Gaspard-Félix Tournachon, dit Nadar
Naissance : 6 avril 1820 à Paris
Décès : 21 mars 1910 à Paris

Caricaturiste, photographe et aéronaute français, il naît dans une famille d'origine lyonnaise dont le père Victor Tournachon (1771-1837) est imprimeur libraire et sa mère est Thérèse Maillet (1794-1854).
En 1823, son petit frère, Adrien, naît ; il deviendra peintre.
Gaspard-Félix commence alors des études de médecine à Lyon mais y renonce pour pouvoir subvenir à sa famille.
Le 9 août 1837, son père meurt à l'âge de 65 ans d'une maladie du cerveau, ruiné par l'impression de 2 ouvrages qui ne se vendent pas.
Le 11 septembre 1854, il se marie à Paris avec Ernestine Constance Lefèvre (1836-1909) dont il a un fils, Paul.



En 1858, il réalise la 1ère photographie aérienne, à 84 m d'altitude dans un ballon captif.
Les aventures de Nadar inspirent Jules Verne pour ses Cinq semaines en ballon (1862), un des héros de La Terre à la lune et Autour de la lune, 2 romans parus en 1865 et 1869, s'appelle Michel Ardan, anagramme de Nadar.
, place moins dérangeante pour l'Eglise catholique, avant d'être fondue en 1941 sous Pétain, laissant le socle vide.
Le 24 février 2001, une 2ème statue du sculpteur Emmanuel Ball est placée sur l'ancien socle et inaugurée, montrant François Jean de la Barre souriant, les mains dans les poches et coiffé d'un chapeau, comme un défi permanent à cette procession religieuse qu'il n'a pas salué à Abbeville en 1765.

Dans les environs
haut

Place du tertre Place Pigalle
Village de Montmartre Le funiculaire
Musée de Montmartre Moulin de la Galette
Saint-Jean de Montmartre Le Lapin Agile
Musée d'Art naïf Place Dalida
Église Saint-Pierre
Sorties

- BIARRITZ -
Carte d'identité carte d'identité de Biarritz
Visites visiter Biarritz
Histoire histoire de Biarritz
Pays basque pays basque
Dates quelques dates du pays basque
Restaurants manger à Biarritz
Photos photos de Biarritz
Spécialités spécialités de Biarritz

- CARCASSONNE -
Carte d'identité carte d'identité de Carcassonne
Visites visiter Carcassonne
Histoire histoire de Carcassonne
La Cité cité de Carcassonne
Restaurants manger à Carcassonne
Spécialités spécialités de Carcassonne
Photos photos de Carcassonne
Saint-Nazaire basilique Saint Nazaire de Carcassonne

- DEAUVILLE -
Carte d'identité carte d'identité de Deauville
Visites visiter Deauville
Restaurants manger à Deauville
Histoire histoire de Deauville
Photos photos Deauville

- MARSEILLE -
Carte d'identité carte d'identité de Marseille
Visites visiter Marseille
Restaurants manger à Marseille
Histoire histoire de Marseille
Photos photos Marseille

- PARIS -
Carte d'identité carte d'identité de Paris
Histoire histoire de Paris
Monuments monuments de Paris
Musées musées de Paris
Parcs parcs de Paris
Places places de Paris

Thèmes Paris par thèmes
Biographies biographies

- TOULOUSE -
Carte d'identité carte d'identité de Toulouse
Visites visiter Toulouse
Informations informations sur Toulouse
Photos photos de Toulouse
Personnalités personnalités
Restaurants manger à Toulouse
Loisirs

Voyages voyages
France France
Jeux vidéo jeux video
Paris Info
mairie de Paris
Cityvox
Office du Tourisme et des Congrés de Paris
Paris live
CCIP - Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris
Disneyland Paris
site officiel du tourisme Paris Île-de-France - PIDF
Vélib Paris
basilique du Sacré Coeur de Montmartre
la dévotion du Sacré-Coeur
Commune de Paris
salon des artistes français
Sedan
société de Saint Vincent de Paul
association le chevalier de la Barre
 
 
 
Mise à jo23-Mar-2010e --> - Site optimisé pour Internet explorer - 1024x768 pixels - © Lidicel 2001-2010